Pégase le cheval ailé, symbole de l’élan vital
Paul Diel
Paul DIEL

 

L’investigation du psychisme débutée par Freud a été développée par Paul Diel

qui mit au point une méthode introspective ouvrant sur une thérapie.

Cette thérapie est basée sur le savoir surconscient que chacun a de soi,

connaissance issue de l’instinct animal.

Cette thérapie nous invite à surmonter les erreurs qui mettent en danger notre psychisme.

Le surconscient lors du travail introspectif révèle le positionnement du comportement

par rapport aux quatre catégories de la fausse motivation:

la vanité, la culpabilité, l’accusation de l’autre, la plainte sur soi.

 

 

En comprenant les lois du fonctionnement psychique, l’analysé devient apte à repérer les éléments contradictoires qui meublent son monde intérieur.

Il se libère peu à peu des faux motifs (intentions erronnées) qui régentaient sa vie

et retrouve peu à peu l’énergie perdue dans le refoulement subconscient de ses erreurs.

Si la solution du conflit intérieur n’est pas trouvée au cours de la journée, la délibération continue sous forme de rêve

qui sera alors « traduit » par cette méthode rigoureuse.

L’analyse diélienne est directive du fait qu’elle ne craint pas de mettre en évidence les erreurs que commet la personne et mène ainsi celle-ci vers le sens de la vie.

 

« Votre oeuvre nous propose une nouvelle conception unifiante du sens de la vie, 

et elle est à ce titre un remède à l’instabilité de notre époque sur le plan éthique. »

Einstein à Diel en 1935

 

« Quand on aura suivi Paul Diel dans les associations de mythes, on comprendra que le mythe couvre toute l’étendue du psychisme mis a jour par la psychologie moderne. Tout l’humain est engagé dans le mythe. »

Gaston Bachelard

 

 

Les entretiens de psychothérapie,

alliant l’approche Dielienne aux autres méthodes d’analyse,

s’adressent aux personnes en individuel, en couple ou en famille.

 

 

 

 

 

Les mythes expriment par analogie, par des images surconsciemment inspirées, les différents aspects du fonctionnement psychique humain :

ses faiblesses (démons et monstres), mais aussi ses forces (divinités).

Ils symbolisent par l’image de « Dieu Créateur » le sentiment le plus profond dans l’être humain, celui qui le réconcilie le plus profondément avec

les conditions de la vie : le sentiment du mystère de tout existence, de la vie et de la mort.

« Dieu Juge » symbolise le sentiment du mystère qu’est pour l’homme sa propre conscience morale.

La conception diélienne de la morale remplace l’idée d’un « Bien » et d’un « Mal », imposés de l’extérieur,

par le sentiment intime d’approbation ou de désapprobation qui accompagne « ce qui me fait du bien » : l’harmonisation de mes désirs

et « ce qui me fait du mal » : leur exaltation-inhibition.