LE SOMMEIL EST D’UNE IMPORTANCE VITALE mais sujet à de nombreux troubles.

Malgré nos conditions de confort et de sécurité, l’ère moderne voit une progression des difficultés de sommeil. Les français ont perdu près d’une heure et demie de sommeil quotidien au cours des cinquante dernières années. Cela fait une moyenne de six heures de sommeil par nuit en semaine. De plus le coucher est souvent retardé.

troubles du sommeil

Et c’est grave ! En dormant insuffisamment les gens ont une durée de vie écourtée, plus de risques de développer des complications cardiovasculaires, du diabète, un cancer, Alzheimer, des problèmes reproducteurs… Le cerveau perd des neurones !

Mais il y a des moyens d’y remédier!

Que se passe-t-il quand nous dormons ?

Le corps opère alors une sorte de maintenance indispensable : drainage des déchets métaboliques, synthèse des hormones, particulièrement de croissance, création de nouvelles cellules et réparation des parties endommagées, restauration énergétique et immunitaire. C’est une vraie régénération !

Un sommeil de qualité contribue à notre équilibre psychique. En effet, le cerveau traite et mémorise les expériences diurnes, il les intègre au niveau des émotions et des compétences. Le retard du coucher repousse le sommeil profond de début de nuit et ainsi nous fait perdre les bénéfices psychiques des rêves de fin de cycle. Ces rêves sont vitaux, sans eux c’est la folie ! Car ils sont le moyen de traiter nos conflits intérieurs.

que se passe t il pendant le sommeil

http://amar-constantine.e-monsite.com/pages/programme-1ere-annee/anatomie-physiologie/1-1-3-physiologie-et-physiopathologie-du-sommeil.html

Qu’est-ce qui perturbe le sommeil ?

Celui-ci est régi par le rythme circadien, sorte d’horloge biologique interne.

La lumière artificielle, la consommation d’excitants, les perturbateurs endocriniens, le stress, l’apnée du sommeil, un mauvais couchage… sont autant de perturbateurs qui vont mettre du désordre dans le rythme naturel.

Que faire quand le sommeil n’est pas au rendez-vous ?

Penser en termes d’approches naturelles du mode de vie sera la première étape.

  • Tout d’abord changer de rythme et privilégier la régularité de nos activités diurnes et intégrer des pauses pour « sortir la tête du guidon » ! S’oxygéner, s’hydrater, faire un minimum d’activités physiques sont un préliminaire.
  • Ensuite, il s’agira de calmer le mental, de relativiser les débordements émotionnels. Pour cela il est judicieux d’éviter les conflits réels ou virtuels, dans les heures précédant le coucher. Et pour obtenir le calme il y a la pratique sophronique qui oriente l’attention vers le corps et décharge le mental.
  • Il est bon aussi de veiller à apporter les nutriments essentiels au système nerveux tels que le magnésium, le zinc, le fer, et les vitamines B1, B6, B9, B12.

Autre élément indispensable : la mélatonine, agent principal du rythme circadien, dont la sécrétion est induite par l’obscurité. En mangeant des avocats, des noix ou des graines de courge par exemple, on apporte du tryptophane, l’acide aminé précurseur de la mélatonine.

Il est important aussi de veiller au GABA également, acide aminé qui diminue l’excitabilité, et apporte détente au corps et à l’esprit. Pour favoriser le taux de GABA vous pouvez manger des lentilles, du riz complet, du sarrazin et vous complémenter en magnésium.

  • De nombreuses plantes aideront en teintures mères, gélules et extraits de plantes telles que la passiflore, la valériane, la mélisse, l’escholtzia ou encore l’éleuthérocoque.

L’important étant d’éviter le piège des somnifères.

Et quand cela ne suffit pas ?

A côté des causes liées au mode de vie, il y a une autre origine possible et souvent ignorée c’est un déséquilibre fonctionnel des centres régulateurs de la base du cerveau

L’observation de cet état fonctionnel est possible par la vision et la Neuro-pédagogie Visuelle donne une possibilité de rééducation qui sortira la personne de ses difficultés.

exercice visuel

C’est une approche complètement naturelle qui restaure progressivement une juste régulation des fonctions automatiques du système nerveux.

  1. Le stress et les mauvaises habitudes rompent le fragile équilibre neurovégétatif entre le système sympathique (stimulant) et parasympathique (apaisant).

L’excitation entraine l’hyperactivité des surrénales qui vont alors produire de l’adrénaline et du cortisol. Cette configuration si elle se maintient en excès, empêche le relâchement physique et mental chargé alors de débordements émotionnels.

La NPV mesure l’activité neurovégétative et observe s’il y a excès ou insuffisance d’activité sympathique ou parasympathique.

La rééducation neuro-visuelle, par action d’autorégulation, restaure l’équilibre et par conséquent améliore le sommeil.

2. Quant au rythme circadien il est régi par le système réticulé, celui-ci contrôle l’état de veille et le mécanisme du sommeil.

Sous l’effet d’une vie qui se donne comme devoir de constamment répondre aux sollicitations professionnelles et familiales le neurotransmetteur GABA est inhibé et ne permet plus l’apaisement, il y a hypervigilance.

La rééducation neuro-visuelle en stimulant le rééquilibrage de ces fonctions involontaires ramènera la personne sur la voie d’un sommeil réparateur.

Douce et non invasive la Neuro-pédagogie Visuelle est d’une puissance vérifiée depuis 80 ans avec des effets durables.