LE COLLICULUS : UN RELAIS ENTRE L’ŒIL ET LES EMOTIONS

Classé dans : blog, Visio-nerf | 0

A la suite d’un trauma crânien certaines personnes sont atteintes de « vision aveugle » blindsight.

Les malades qui en sont atteints ont des yeux en parfait état, mais à cause d’une lésion cérébrale, ils sont aveugles sur une partie plus ou moins grande de leur champ visuel.

En 1973 deux chercheurs ont découvert que malgré tout ces personnes pouvaient percevoir un point lumineux dans leur champ visuel sans que cela soit conscient.

C’est en 1997, que le secours de l’imagerie médicale éclaircit le mystère. Les chercheurs découvrirent alors que contrairement à ce qu’on croyait, toutes les connexions du nerf optique ne se connectaient pas à l’aire visuelle primaire, située à l’arrière de notre cerveau. Si le sujet parvenait à percevoir (à son insu) ce qui se passait dans son champ visuel aveugle, c’était grâce à quelques faisceaux optiques rebelles qui se raccordaient à une toute petite zone, le colliculus supérieur, enfouie au cœur de notre cerveau archaïque. A l’écran de l’imagerie médicale, cette zone « s’allumait » quand un signal apparaissait dans l’aire visuelle « aveugle ».

Les colliculi sont en quelque sorte un super système d’alarme : peu sensible aux détails mais remarquablement réactif au moindre signal suspect, n’importe où dans notre champ visuel.
Notre vision « normale » a en effet de sérieuses limites : on ne distingue les couleurs et les détails qu’au centre de notre regard (la fovea).

Le colliculus supérieur -le petit organe cérébral qui reçoit cette alarme- commande directement les saccades oculaires. Par réflexe, il dirige donc automatiquement le regard vers la source de l’alerte, pour savoir si c’est l’ombre d’un fauve ou une souris inoffensive.

Un vrai kit de survie en quelque sorte, hérité probablement d’un lointain ancêtre reptilien et demeuré en l’état. L’apparition de la conscience dont nous gratifia l’évolution n’eut pas forcément d’impact sur cette structure neuronale, de sorte qu’elle a pu rester ignorée des circuits de la prise de conscience sans que cela dérange qui que ce soit.

On retrouve avec l’ouïe un phénomène équivalent au blindsight: la vrai-fausse surdité (deaf-hearing) qui permet à certains malades sourds de « sentir » certains bruits sans les entendre. De même que pour la vision aveugle, on a mis en évidence une voie auditive dissidente, aboutissant cette fois au colliculus inférieur et réagissant extrêmement vite au moindre son, sans pouvoir le percevoir très finement. Les deux sens peuvent ainsi combiner leurs détecteurs d’alertes pour plus d’efficacité.

Notre petit colliculus supérieur est donc notre petite vigie inconsciente, perchée au fin fond de notre cerveau et qui pendant qu’on fait autre chose, scrute notre champ visuel et braque instantanément notre regard sur tout ce qu’il trouve de louche. On a peu à peu décrypté ce à quoi il se montrait le plus sensible:
– La sensibilité de notre petit détecteur visuel est décuplée si l’on est aux aguets et au contraire endormie si l’on est concentré sur autre chose.
– Il détecte par exemple beaucoup mieux les changements brusques que les mouvements lents
– Si un objet suit une trajectoire courbe, notre regard a tendance à le suivre fidèlement comme un chat qui suit les rebonds d’une balle, alors que face à un déplacement en ligne droite notre attention peut se fixer directement au point d’arrivée supposé.

OR ces colliculi supérieurs sont au centre d’un réseau de connexions cérébrales impliquant les émotions. Ils sont en lien avec la rétine et le pulvinar. Ce dernier est connecté à l’amygdale, qui l’est elle-même au cortex visuel.

Ces structures sous-corticales (colliculi, pulvinar, amygdale) sont impliquées dans la gestion des émotions, tandis que le cortex pariétal postérieur gère en grande partie le système visuel.

Les colliculi supérieurs sont également connectés aux deux rétines. Voilà encore une voie commune ente la vision et les émotions, très importante dans la transmission des messages émotionnels.

Sources:

Les yeux , messagers de nos émotions – Pascal Barbey – Albin Michel :

https://www.albin-michel.fr/les-yeux-messagers-de-nos-emotions-9782226257154

https://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_02/a_02_cr/a_02_cr_vis/a_02_cr_vis.html

https://www.odilejacob.fr/catalogue/medecine/psychiatrie/nouvel-inconscient_9782738118288.php